Quand vous ne voulez rien manquer

« Qu’est-ce que vous avez dit ?! »

Entendre au-dessus du bruit – un défi pour tout le monde

Nous avons déjà parlé du « problème du cocktail » et expliqué pourquoi il est si difficile de comprendre les paroles d’autrui dans un environnement bruyant. Aujourd’hui, nous allons expliquer pourquoi c’est tout aussi valable pour les personnes possédant une « audition normale ».

Des enquêtes récentes indiquent que 5% des enfants et des adultes de moins de 60 ans aux audiogrammes « cliniquement normaux » ont des difficultés à comprendre la parole dans les environnements bruyants. On suppose cependant que ce nombre est beaucoup plus grand, car beaucoup de gens ne consultent pas un médecin tant que leur perte d’audition n’est pas beaucoup plus prononcée.

Perte auditive dans les ultra-hautes fréquences

Tout d’abord, définissons « l’audition normale ». D’un point de vue médical, une audition normale signifie que vous captez des sons de 20 dB ou moins dans la gamme de fréquences testée.

Les tests d’audition de base ne couvrent que les sons allant de 250 Hz à 8 kHz. Il existe dans la plupart des cas une perte auditive dans la gamme de fréquences ultra-hautes de 9 à 20 kHz. Les gammes de fréquences ultra-hautes sont plus sensibles au bruit de fond et des études ont montré une corrélation directe entre ces fréquences et des difficultés à comprendre la parole au sein d’un bruit ambiant. Malheureusement, l’audiométrie étendue, qui inclut les gammes de fréquences ultra-hautes, n’est pas utilisée dans les bilans auditifs de routine.

Perte auditive cachée

La perte auditive cachée est un terme assez nouveau, se référant à la perte auditive qui est indétectable, même lors du test incluant des fréquences ultra-hautes. Les rapports préliminaires indiquent que même une exposition à un bruit temporaire peut détruire définitivement les synapses entre l’oreille et le cerveau, sans affecter la sensibilité auditive.

En d’autres termes, même s’il n’y a pas de problème pour identifier les sons lors de l’établissement d’un audiogramme clinique dans une pièce insonorisée, il peut y avoir une perte neuronale qui affecte notre capacité à comprendre la parole dans les environnements bruyants. Le nerf auditif peut perdre jusqu’à 80% de ses fibres tout en étant capable d’entendre des sons purs dans un environnement calme !

Les autres causes possibles de difficultés auditives dans les situations bruyantes ne sont pas du tout liées à des dommages physiques de l’oreille :

  • des troubles du traitement auditif central (que l’on abordera dans un autre blog),
  • des problèmes de compréhension du langage
  • des déficiences cognitives liées à l’attention ou à la mémoire vive
  • autres…

Comme vous pouvez le voir, il y a énormément de raisons pour lesquelles on peut avoir du mal à entendre « au-dessus du bruit ». Les scientifiques essaient encore de trouver des moyens d’identifier et de différencier les causes possibles afin de les diagnostiquer et de les traiter correctement.

Dans l’intervalle, nous faisons tout notre possible pour nous tenir au courant des derniers dispositifs d’amplification, des stratégies de communication et des nouvelles découvertes ! Par exemple, une nouvelle technologie prometteuse, « L’Écoute Ciblée », contribue fortement à résoudre le « problème du cocktail ». Nous vous en dirons plus à ce sujet dans de prochains blogs…

Obtenir plus d'informations

Entrer en contact

Lisez notre blog

Contactez-nous


66s78